La dépression post-partum: symptômes et traitement

1186564416 1186564416

Du miracle de la vie à la tristesse et à l’indifférence – près de 15% des femmes souffrent après l’accouche­ment de ce que l’on appelle la dépression post-partum. La thérapeute Claudine Haus et Yvonne Suter, nouvelle mère, nous racontent leurs expériences, les symptômes et les options thérapeutiques.

Dépression postnatale, post-partum ou de grossesse?

Les deux termes postnatal et post-partum viennent du latin. «Post» signifie après. «Natal» fait référence à la naissance de l’enfant. Le terme partum est donc plus adapté, car il se réfère à l’accouche­ment. Cependant, le terme de dépression post-partum n’est pas tout à fait correct, car la période du post-partum ne correspond pas à celle pendant laquelle la dépression peut survenir. Idem pour la dépression de grossesse, qui survient avant l’accouche­ment, comme son nom l’indique.

Quelles sont les causes de la dépression post-partum?

Le terme de «baby-blues» est bien connu pour désigner la déprime qui succède souvent à l’euphorie de la naissance. La vie des parents s’en trouve bouleversée. Quand on est nouvelle mère (et nouveau père), c’est bébé qui détermine le déroulement de la journée et de la nuit. Cette situation entraîne près de 15% des femmes vers une dépression. Voici quelques facteurs de risque:

  1. Biologiques – les changements hormonaux
  2. Génétiques – une prédisposition à la dépression dans la famille
  3. Psychologiques – dépressions antérieures
  4. Personnels – tendance au perfec­tionnisme, niveau d’attente élevé
  5. Sociaux – manque de soutien du partenaire et de l’entourage

Quels sont les symptômes d’une dépression post-partum?

La mauvaise conscience et un sentiment de honte sont particulièrement pénibles pour les nouvelles mères. Ai-je le droit d’être malheureuse alors que devenir mère devrait être l’expérience la plus formidable de ma vie? Ce niveau d’attente est aujourd’hui renforcé par l’image trop positive présentée sur les réseaux sociaux ou dans les films. Les femmes touchées évoquent aussi les signes suivants:

  • Tristesse, humeur morose
  • Manque d’intérêt, indifférence
  • Angoisses et pensée obsédantes

Comment distinguer la dépression post-partum d’un baby-blues?

La thérapeute Claudine Haus explique dans le podcast «Bonjour santé» que la distinction est souvent difficile pour les personnes concernées. Souvent, on pense que les problèmes sont dus au manque de sommeil: «Il est difficile de mettre de l’ordre dans ses sentiments après le premier accouchement, car on vit cette expérience pour la première fois.» Selon Claudine Haus, un indicateur important est la durée. Si l’on se sent oppressée pendant plus de deux à quatre semaines et qu’on a perdu la joie de vivre, il vaut mieux demander un conseil professionnel. La thérapeute recommande aussi de faire l’autotest de l’Association Dépression Postpartale Suisse (Questionnaire EPDS) afin d’identifier et de classer la dépression post-partum.

La dépression post-partum vue par une experte (en allemand)

La psychothérapeute Claudine Haus raconte dans le podcast ce qui est déterminant dans le contact avec les personnes touchées par la dépression post-partum.

Comment est traitée la dépression post-partum?

Dans le podcast, la thérapeute Claudine Haus fait la distinction entre trois degrés de gravité de la dépression post-partum:

  • Légère
  • Moyenne
  • Sévère

Si la dépression est légère, il faut apporter un soutien émotionnel et décharger la nouvelle mère. Le partenaire et les proches peuvent et doivent épauler la personne concernée. S’entretenir avec une ou un thérapeute est essentiel, mais il faut aussi s’adresser à d’autres personnes qui ont fait la même expérience. En cas de dépression post-partum grave, Claudine Haus recommande de consulter une ou un psychiatre pour envisager la prise de médicaments. Ces spécialistes pourront aussi renseigner sur les psychotropes pour continuer l’allaitement.

De la dépression de grossesse à la psychose postnatale

Dans le podcast de la CSS, Yvonne Suter témoigne en tant que mère des différentes facettes de la maladie et parle avec beaucoup d’humour et de sensibilité d’une souffrance pourtant très dramatique. Elle relate comment elle a appris à surmonter cette souffrance pendant la grossesse et lors de l’accouchement de son deuxième enfant.

La dépression post-partum vue par une femme concernée (en allemand)

Yvonne Suter relate son parcours avec une dépression post-partum et comment elle l’a surmontée.

La psychose post-partum

La psychose post-partum touche en moyenne trois femmes sur 1'000. A la différence de la dépression, la psychose fait perdre à la personne concernée le rapport avec la réalité. Pas d’indifférence et de tristesse, mais des hallucinations. Les psychoses sont des maladies psychiques. Dans de tels cas, il faut immédiatement une aide psychiatrique!

Nous sommes là pour vous

Après un accouchement, il est normal de souffrir d’un «baby-blues» peu durable, avec des sautes d’humeur, de la tristesse, de la fatigue et de l’épuisement, mais si cet état se prolonge et s’aggrave, un traitement médical est indispensable. Les coaches de santé CSS vous soutiennent et répondent à vos questions sur la dépression de grossesse.

Primes d’assurance-maladie en un coup d’oeil

Calculer la prime

Que voulez-vous lire?

Entre de bonnes mains avec la CSS

Coach de santé
Faites-vous conseiller personnellement sur des thèmes relatifs à la santé.
Découvrir le service
Vous dormez mal?
La thérapie du sommeil en ligne vous aide en cas de problèmes d’endormissement.
En savoir plus
Analyser les symptômes
Recevoir une recommandation, prendre un rendez-vous médical, etc.
Découvrir l’appli Well