Dépression: voici ce que les proches peuvent faire

733931703 733931703

Presque une personne sur cinq souffre d’une dépression au cours de sa vie. C’est une situation difficile pour les proches aussi. Il existe toutefois des moyens pour la famille de soutenir la personne malade.

A quel moment parle-t-on de dépression?

Des états dépressifs ou de la tristesse sont des sentiments normaux que nous connaissons tous. La différence avec une dépression clinique porte sur l’ampleur et la durée des symptômes.

Pour se faire une première idée, il peut être judicieux de se poser deux questions:
  1. Au cours du dernier mois, vous êtes-vous souvent senti/e abattu/e, envahi/e par la tristesse ou désespéré/e?
  2. Au cours du dernier mois, avez-vous eu moins envie de faire des choses que vous aimez?

Si vous avez répondu «oui» aux deux questions, il peut valoir la peine de faire le point avec votre médecin de famille, un psychothérapeute ou un psychiatre.

Que peuvent faire les proches?

Lorsqu’un proche souffre de dépression, cela engendre une grande incertitude: que dois-je faire si mon mari a soudain l’air absent? Dois-je lui parler ou le laisser tranquille? Est-il contre-productif de dire à ma femme que je me fais beaucoup de souci pour elle? Est-ce possible d’aider de quelque manière que ce soit?

Tout d’abord, il faut savoir que la dépression n’est pas irréversible et se soigne. Plus on demande rapidement l’aide d’un professionnel, plus les chances de guérison sont élevées. C’est pourquoi il faut être confiant et dire à la personne souffrante qu’elle ira bientôt mieux.

Les proches peuvent aussi aider
  • en encourageant la personne malade à poursuivre sa thérapie;
  • en étant là pour elle et en l’écoutant;
  • en essayant de comprendre ce qu’on ressent lors d’une dépression;
  • en prenant la maladie au sérieux, sans la minimiser, mais aussi sans dramatiser;
  • en étant prêt à traverser la maladie ensemble;
  • en restant patient.

Qu’est-ce que les proches ne doivent pas faire?

«Regarde, le soleil brille, c’est superbe. Essaie donc d’en profiter.» Les dépressifs reçoivent souvent ce genre de conseils, qui partent d’une bonne intention, mais qui sont ressentis comme des réprimandes ou des reproches: «Allons, ressaisis-toi.» Les personnes dépressives ne souhaitent rien de mieux que d’être à nouveau actives et faire des choses qui leur plaisent, mais à cause de la maladie, c’est leur propre organisme qui les freine. Elles n’arrivent plus à avoir envie de faire des choses. C’est pourquoi le fait d’en appeler à leur volonté n’aide en rien, voire aggrave le problème.

En revanche, il est judicieux
  • d’encourager la personne quand elle fait preuve d’initiative;
  • de l’encourager à retrouver un rythme de vie bien réglé. En effet, ce sont souvent les activités les plus simples, comme s’habiller ou aller à la boîte aux lettres, qui deviennent insurmontables. Chaque pas, même infime, compte.

Dépression des parents: Comment expliquer à mon enfant ce dont souffre maman ou papa?

Quand les parents vont mal, les enfants, même jeunes, s’en rendent tout à fait compte. Ils ne peuvent toutefois pas comprendre ce qui se passe et se sentent rapidement coupables. C’est pourquoi les parents doivent en parler avec eux et leur expliquer la maladie. Les livres sont de bons supports: «Du brouillard dans la tête» ou «Qu’est-ce que la dépression» sont des ouvrages destinés aux enfants.

Que faire quand les proches ne s’en sortent plus?

Une dépression peut durer plusieurs mois, ce qui est éreintant pour les proches. Ils se sentent par moment impuissants ou coupables, sont épuisés, débordés et parfois aussi en colère. L’important est de connaître ses limites et faire attention à sa propre santé

  • en prenant du temps pour soi;
  • en échangeant avec des amis;
  • en rejoignant un groupe d’entraide pour les proches;
  • au besoin, en allant voir un thérapeute ou en organisant une discussion avec la personne malade. Cela peut soulager d’entendre un spécialiste expliquer comment fonctionne la dépression, quelles possibilités de traitement existent et qu’il est légitime de demander de l’aide également en tant que proche.

Important: ne vous détournez pas de la personne malade, mais soyez honnête et dites-lui que vous continuez à être là pour elle, mais que vous n’y arrivez plus seul/e.

Comment les proches gèrent-ils le rejet?

Parfois, les personnes dépressives ne se laissent plus approcher et peuvent rejeter les autres. C’est difficilement compréhensible et blessant pour ceux qui veulent les aider. Toutefois, la personne dépressive fait cela non pas intentionnellement, mais parce qu’elle n’arrive pas à réagir autrement à ce moment-là. Les proches qui en ont conscience et ne prennent pas ce rejet personnellement parviennent mieux à gérer la situation. Ce que les proches doivent éviter, c’est de tourner le dos à la personne en souffrance.


Plus d’informations

Les primes 2022 en un coup d’oeil

Calculer la prime

Que voulez-vous lire?

Entre de bonnes mains avec la CSS

Vous dormez mal?
La thérapie du sommeil en ligne vous aide en cas de problèmes d’endormissement et de réveil nocturne.
En savoir plus
Des pensées négatives?
Recevez une aide efficace en cas de dépression et de déprime.
Demander de l’aide
Gagner jusqu’à CHF 600
Utilisez active365 et récom­pen­sez votre mode de vie sain.
Découvrir active365